Lexique du canular. Super important !

ADN. Vous laissez votre ADN sur tout ce que vous touchez. Bien sûr un canular ne conduit pas aux Assises et, dans l’état actuel des choses, le risque d’une expertise ADN est limité. Mais dans ce domaine, les progrès de la science sont tout aussi spectaculaires que le flicage de la population. Quand les analyses ADN seront aussi faciles à faire qu’un test de grossesse, il sera facile à la victime, après avoir subtilisé un cheveu sur un fauteuil ou un vêtement, de vérifier certains soupçons. L’économie d’une paire de gants en latex peut se révéler fatale.

Annonces.  N’importe quel service de petites annonces « de particulier à particulier ». Un grand classique de plaisantins. L’usage est plus encadré que naguère pour les annonces de rencontres. Mais pour les autres annonces il est possible de donner n’importe quel nom et numéro de téléphone, ce n’est pas vérifié. Et il y a matière à exploiter.

Boules puantes. Pour action collective seulement. Super grand classique pour un coup ponctuel ou remettre de l’ambiance dans un groupe qui manque de dynamisme. Attention, perturber un spectacle de gauchistes protégés par le Pouvoir est sanctionné par le législateur dans le registre « préjudice à la création artistique ». Voir affaire Civitas.

Brouiller les pistes. En principe vous ne laissez pas votre carte de visite. Vous prenez toutes les précautions pour vous mais aussi pour les autres qui pourraient être injustement soupçonnés à votre place. Il faut donc éviter une seule victime dont le seul ennemi serait vous ou à défaut une autre personne qu’elle aurait ostensiblement offensé. Il faut préparer plusieurs opérations à peu près en même temps à des fins de diversion. Le seul canular qui tient à coeur doit être noyé dans une attaque tous azimuts. Il faut que les salves destinées à brouiller les pistes soient très visibles, frappant des personnes aux ennemis différents entre eux. Bien sûr cela complique un peu mais ces tirs colatéraux ne doivent pas être forcément très élaborés ni très méchants, il leur suffit d’être insolents pour retenir l’attention. Avec des victimes plurielles, la cible initiale en se rassurant « et je ne suis pas le seul… » sera la meilleure idiote utile – et à l’insu de son plein gré – de l’auteur de la plaisanterie. Moins les victimes ont de point commun, plus il est difficile de cerner les motivations de l’auteur et donc de l’identifier.

Colle super glue. Pas de conseil précis à donner ce serait illégal mais je vous laisse imaginer. Tentant.

Complices. « Un secret livré à une seule personne n’est plus un secret » aurait dit le Général de Gaulle. Agir seul(e) est souvent la meilleure solution. Dans un contexte professionnel c’est même recommandé. Les manipulateurs divisent pour régner, un compagnon d’infortune d’aujourd’hui peut devenir demain un obligé du chef, et lui révéler les dessous de ce « coup tordu » en livrant une version expurgée des faits pour se dédouaner aux dépens de son ancien complice. Cela varie aussi avec la situation matrimoniale (et donc le sexe de l’auteur), et le contexte, si c’est sociétal.

Pour un homme harcelé au travail mais dont l’épouse n’a pas eu de problèmes similaires, le risque est gros qu’elle ait un doute et le prenne pour un perdant tant qu’il ne lui sera pas arrivé la même chose à elle. Et si, avant que l’homme n’ait terrassé son adversaire, elle rencontre plus gagnant que son cher et tendre, elle risque de trouver bien minable son héros d’hier avec ses petits coups fourrés. La théorie du genre n’a pas – heureusement- complètement détruit le mythe du héros qui charge sabre au clair dans l’imaginaire féminin. Si elle ne travaille pas, c’est pire. Bien sûr elle sera de son côté mais morte de peur… Non, sauf si le couple est synchrone sur le sujet et fusionnel, mieux vaut ne pas avoir son épouse comme coéquipière dans ses opérations de représailles liées au professionnel.

Pour une femme c’est encore plus compliqué. Si son conjoint ne peut la protéger dans le contexte professionnel où elle évolue, ses ennuis dérangent le Tarzan qui sommeille en lui : «Tarzan pas à la hauteur». Il peut en souffrir ou pire encore pour le couple, se rassurer en se demandant si elle ne l’a pas «bien cherché». N’avez-vous pas remarqué que ce soupçon de l’avoir «bien cherché» est toujours opposé aux femmes dont les maris ( ou les protecteurs naturels et obligés) ne sont pas «en situation». Là encore, sauf si son mari a eu le même problème, la femme a intérêt à agir seule et tout garder pour elle.

Dans le cas d’ennemis sociétaux ou politiques, l’action de groupe est stimulante. Mais mieux vaut être extrêmement prudent et précautionneux sur le choix des accolytes. Deux ou trois c’est maximum. Avec des frères et soeurs ou des amis de très longue date c’est préférable. Les victimes de canular compteront toujours sur le besoin de reconnaissance de la part de l’un de ceux qui ont monté un coup fumant pour un jour être incapable de résister à la tentation de s’en vanter.  » J’y étais, je sais qui l’a fait, je l’ai vu, na na nère…  »

Etiquette auto collante. Elle permet de faire croire à une personne qu’un courrier a bien été adressé et posté à une autre. Tout cela peut paraître idiot à priori, mais avec des exemples concrets cela devient lumineux.

Foulard pour les femmes. Bien sûr une jolie « judéo-chrétienne » n’a pas envie de cacher sa beauté. Mais puisque cette pratique vestimentaire parvient à s’imposer à notre vue sans que nos dirigeants n’aient vraiment voulu juguler le phénomène, il est possible d’en récupérer la pratique occasionnellement pour se protéger. Il y a aussi les lunettes de soleil mais les jours de pluie c’est suspect. Pour les hommes, il y a toujours la barbe, même conséquence même utilité que pour le foulard, elle peut être fausse.

Logo officiel. Celui de la République, du ministère des Finances, d’une institution redoutée, n’importe lequel qui puisse mettre celui qui le voit en état de subordination comme le petit garçon devant l’institutrice. Est-on jamais vraiment innocent de tout ? Et si on avait commis une faute ?

Mousse expansive en polystyrène. Idem que le tube de colle super glue.

Ordinateur et Internet. Avoir un ordinateur de secours non relié à Internet pour faire ses courriers ou du moins les enregistrer sur une clé USB si l’opération ne peut se réaliser d’un trait. En principe, l’idéal c’est de rédiger d’un seul coup un courrier sans l’enregistrer, l’imprimer, l’effacer et basta. Mais, l’auteur de ces lignes l’a appris après l’avoir expérimenté auparavant, Julian Assange en usait de même dans sa base en Islande…Il y avait avait un certain nombre d’ordinateurs non reliés à Internet. On ignore ce dont les hackeurs sont capables. Pour l’imprimante, prendre une vielle imprimante à jet d’encre classique, surtout pas une imprimante laser (explications à venir, blog en construction). Toutes sortes de techniques connues des seuls initiés se mettent en place porgressivement pour « tracer ». Au début de la généralisation des téléphones portables, il était possible d’obtenir un téléphone à cartes recharchargeables « sans engagement » payables en liquide… Depuis 20 ans, combien en reste-t-il en service ? N’empêche, il est vite devenu obligatoire de donner son identité – preuve à l’appui- même si on paye en espèces… Devinez pourquoi?

Pistil de lys. C’est couleur bordeaux foncé et cela fait des tâches in-dé-lé-bi-les.   Quand la fleur s’ouvre, les pistils se déploient à l’horizontale et retombent en fines poussières sur les pétales blancs ou orangés. Cela fait très joli, ce n’est pas pour rien que cette fleur fut l’emblème de la royauté française. Les fleuristes enlèvent les pistils au moment de la vente. Parce qu’il y a toujours le risque d’effleurer par mégarde un pistil de lys ouvert. Et frotter une toute petite tâche pensant bien faire la diffuse tout autour… inutile de brosser. Imaginons plusieurs pistils conservés dans un récipient, secs ou dilués pour être mis dans une discrète seringue, prête à l’emploi….

Personnage controversé. Vraiment controversé. Pas le faux rebelle pour lequel les perroquets du politiquement montent une mayonnaise éhontée. Protéger des clandestins est interdit, le faire n’est jamais sanctionné, ce qui n’empêche pas certains people de se la péter – mise en scène à l’appui – combattant héroïque en faisant office de B&B pour clandos, avec reportage au 20 heures pour faire pleurer Margot. Pas d’ambages, les vrais affreux jojo ne se trouvent que du côté droit de l’échiquier politique, vivant ou mort … Si avoir Staline, le Ché ou Mélenchon comme idoles peuvent discréditer dans certains milieux huppés, cela n’a rien à voir avec les tonnes d’opprobre que vaudrait un soupçon de proximité avec tout ce qui touche à la drouaaaatttte supposée extrême. Même et surtout chez ceux qui déploient toutes leurs ressources pour échapper aux joies de la diversité. Mais selon le contexte, Julian Assange, Rocco Sifredi, Bernard Tapie, Patrick Sébastien, ….peuvent présenter un intérêt limité dans un cadre limité…

Saucisson. En principe ça se mange. Ce n’est pas un plat de gourmet mais le Français a toujours adoré. Dans le contexte actuel, un saucisson peut faire le même effet sur certaines populations qu’une plaie saignante d’une personne infectée au HIV…. A retenir.

Traces des téléphones portables et cartes bleues. Même avec le portable éteint, la carte sim indique au relais où se trouve le téléphone. Mieux vaut le savoir quand on se trouve là où on n’est jamais supposé être allé. Il faut savoir revenir vingt ans en arrière et LAISSER LE PORTABLE A LA MAISON. On trouve encore des cabines de téléphone à pièce ou des cartes France Telecom, inutile de préciser aussi qu’il faut éviter de payer avec sa carte bleue !  Pas plus le téléphone que l’essence, le billet de train ou le petit restaurant ou le troquet où on peut décompresser une fois la crasse accomplie avant de repartir. Argent liquide, carte France Telecom, point barre…

Voisinage. Chaque mouvement de voisinage fait toujours naître tout un questionnement sur les futurs voisins … qui peuvent déprécier la côte du quartier selon leurs activités et surtout leur personnalité. Un certain nombre de canulars punitifs sur le sujet, certes glauques mais efficaces, peuvent se greffer sur le phénomène. Evitons d’être plus précis sur les voisins que tous les moralistes voudraient voir installés à côté de chez les braves gens afin qu’ils ne viennent pas s’installer à côté de chez eux, mettant leur tolérance affichée haut et fort à l’épreuve. ….Les piéger est un bonheur inouï.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s