Le faux puits en pneus ou autre décoration péri-urbaine

Un faux puits en pneus peut être une excellente base de canulars, pour peu que celui qui est supposé l’avoir installé n’ait pas envie qu’on lui prête ce genre de goût… A notre époque où se dire « de gauche » sert de vade macum pour avoir l’air « d’en être », il faut à contrario tout faire pour éviter de « faire peuple ».

Eviter de « faire peuple » n’est pas forcément cultiver les goûts les plus sûrs, les horreurs du supposé « art » contemporain affectionné par les branchés parisiens est là pour nous le rappeler… Mais nombre de bobos, s’ils évitent de livrer leur avis publiquement sur l’art contemporain, ne s’autorisent pas moins à manifester les mêmes goûts classiques que leurs siamois de la bourgeoisie traditionnelle « de droite » ( étant entendu qu’appartenir à la bourgeoise absout de la tare qui consiste à être de droite).

Il n’en va pas de même avec les goûts du peuple, ou du moins ceux que la bobocratie parisienne lui attribue. Hors de question de s’attendrir sur les trésors d’imagination que les petites gens déploient parfois pour confectionner des décorations supposées imiter ce qu’ils ne peuvent s’offrir. Parmi elles, et dans une liste non exhaustive, on trouvera le rideau artisanal composé avec des capsules de bière (bien plus « personnel » que le rideau de perles en plastique made in China), les arbustes torturés pour un effet art topiaire, la nappe patchwork au crochet imitation art andin, et aussi… le faux puits en pneus qui parfois marque l’entrée du camping des Flots Bleus à Trou sur Mer ou le jardin du voisin, petit retraité de la fonction publique territoriale.

Se moquer des goûts du bon peuple est un des codes de tout bobo qui cherche à repérer tout de suite ceux avec lesquels il peut se commettre sans déroger.

Donc imaginons le roi des cuistres, satisfait de lui même et de sa réussite, qui fait part de sa joie d’avoir installé un faux puits en pneus dans son jardin…Bien évidemment, lui n’a rien envoyé, c’est un canular. Cela peut relever de la fausse invitation, mais ce canular là peut être à tiroirs.

Tout d’abord il y a la confection du puits.

Les services de petites annonces offriront la phase 1 du plan. La victime doit d’abord trouver ses pneus. Des pneus de tracteurs sont souvent visibles dans les cours de ferme, sorte de pollution visuelle qui gâche le plaisant décor de nos bonnes vieilles campagnes. Une fois usagés, les paysans ne savent pas quoi en faire. Imaginons donc qu’ils trouvent en feuilletant le gratuit local l’annonce suivante : « rachète bon prix des pneus de tracteur pour fabrication faux puits ». Avec une précision, « demandez Louis », si la victime du canular s’appelle Louis. Précaution à prendre afin de bien montrer que celui dont le numéro de téléphone figure sur l’annonce n’est pas victime d’une erreur d’impression… Car quand «Louis» va recevoir des appels dans un premier temps, c’est ce qu’il va croire. Si la victime du canular porte un prénom plus rare que Louis, c’est encore mieux, car Louis peut croire à une coïncidence dans l’erreur.

Bien évidemment hors de question de passer l’annonce en ligne, il faut se rendre à l’agence du gratuit local, un peu «déguisé». Et éventuellement fuir la discussion avec l’employée qui peut – selon son origine et son âge- s’extasier sur cette bonne idée ou à contrario mal dissimuler son envie de sourire.

Les paysans sont des gens soucieux d’économie et lisent les petites annonces. Ce n’est même pas très sympa de faire miroiter une bonne affaire à ceux qui vont téléphoner, mais la fin justifie les moyens, « rachète bon prix » c’est toujours attractif… . Que ceux qui me liront me pardonnent. Ce qui est certain c’est que «Louis» va d’abord recevoir des appels pour les pneus qu’il est supposé rechercher…

Phase 2, l’inauguration du puits.

Là aussi, comme pour l’invitation bidon, il faut inviter des alter ego de sa victime et lui donner à redouter qu’un nombre incalculable de personnes importantes l’ont été également. L’invitation devra avoir une partie détachable où il faudra cocher  »sera présent avec x personnes » ou « ne pourra se joindre à vous »…

Le texte de l’invitation doit aussi être gratiné genre « dans mon merveilleux jardin etc, etc, ne manquait qu’un puits. Avec un peu d’huile de coude, trois pneus de tracteur et un bidon de peinture blanche plus des bambous pour faire l’arceau, je viens de fabriquer le plus beau puits du monde que je suis heureux de vous inviter à venir inaugurer le… ».

Ensuite il faudra retourner à l’expéditeur supposé quelques parties détachables où seront cochées les cases  »ne pourra pas venir », et ce bien sûr de la part de personnes «zimportantes» pour lui.

Bien sûr la victime peut porter plainte. Mais il faut cibler. Il est délicat de se plaindre qu’on vous prête des « goûts de keikou ». Car des gens modestes qui trouvaient la victime du canular sympathique ( il disait «bonjour» pourtant il est «haut placé») peuvent suite à cela le trouver bien «bêcheur». Pourquoi se vexer qu’on lui ait prêté l’idée d’installer un faux puits en pneus, leur beauf en a un dans son jardin, cela fait très bien…

Quant à porter plainte pour les faux retours, attendu que les personnes « zimportantes » concernées n’ont rien reçu ( je le rappelle, c’est l’auteur du canular qui renvoie des retours bidon), porter plainte suppose les informer. Et ainsi faire savoir qu’on a été pris pour un idiot par des ennemis assez organisés. Ce n’est pas forcément judicieux dans une société où il importe de donner le change au plus grand nombre par la recherche du plus petit dénominateur commun afin d’être universellement sympathique :   « bien avec tout le monde, mal avec personne » est désormais le summum de l’ambition du politiquement correct. L’époque est lointaine où Montherlant écrivait  « passer son temps à se faire des ennemis est un passe temps d’aristocrate », les vrais Aristos hibernent depuis des lustres, hélas…Les authentiques descendants de cette élite qui collaborent avec le Système ploutocrate, n’ont rien de leurs aïeux. Les autres se contentent de survivre dans l’anonymat, honteux pour leurs pairs qui n’ont pas hérité de la vraie supériorité de leurs ancêtres ( pensons seulement à la grosse Charlotte, actrice de série B, de « gôche »…., une gloire dont l’Alsace, merveilleuse province, se serait bien passée).

Non, la victime d’une telle farce est engluée comme dans des sables mouvants. Et puis bien sûr, si l’auteur du canular a pris des gants pour confectionner ses invitations, elle peut toujours chercher…Plainte contre X. Aller à Anonymat http://wp.me/P20IF3-8S et Lexique.  http://wp.me/P20IF3-8S

Et puis, mieux vaut ne pas donner des idées aux plaisantins potentiels… plaisantins dont on ignore tout, mieux vaut être prudent…

La victime est seule…

1 réflexion à propos de “ Le faux puits en pneus ou autre décoration péri-urbaine ”

  1. C est un vrais plaisir de vous lire avec ce billet, je vous en remercie enormement !!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s